samedi, 30 octobre 2010

SAVOIR OU PAS ?

A plusieurs reprises je me suis entendue dire "il vaut mieux ne rien savoir". Il s'agissait de conversations sur les crises multiples que nous rencontrons au quotidien dans notre Société bien malmenée. Evidemment c'est un point de vue que je ne partage pas... pour comprendre j'ai besoin d'avoir un minimum d'informations pour compléter un ressenti personnel sur des évènements sociaux et poltiques.

Lundi à 22 h 10, France 2, dans "Complement d'enquête" va aborder un sujet qui peut être pour nous un sujet de partage et de prise de conscience:

"Quand se soigner devient trop cher"

"La santé n'a pas de prix".. je ne sais pas qui a pu lancer cette idée, mais si ce fut vrai, il ne faut se voiler la face, ça ne l'est plus. Je peux, et mon âge l'autorise, vous donner l'impression que je radote, mais la situation d'aujourd'hui je l'ai vu arriver... en écrivant ces jours: "il nous faut assumer nos erreurs". Nous sommes tous responsables de cette catastrophe en commençant par la Médecine qui a fait croire à beaucoup d'entre nous qu'elle pouvait tout faire. Certes elle se félicite aujourd'hui avec nos politiques de dénombrer un taux de plus en plus élevé de centenaires. Si quelques uns sont dans une forme enviable, il ne faut pas pour autant faire l'impasse sur tous ces corps abandonnés, meurtris oubliés dans ce qui ressemble à des anti chambres de la mort. Je vous renvoie au livre : on tue les vieux"

Il n'y a pas que la médecine (les médecins) responsables, les soignants du public en particulier (ceux que je connais le plus) sont associés à mon constat pour de multiples raisons.

Et sans craindre le courroux de certains lecteurs, j'ajoute les malades ou bien portants qui ne sortent ravis d'une consultation qu'avec une grande ordonnance et parfois des demandes d'examens ou de soins coûteux.

Conclusion : nous sommes tous responsables

Devant ce constat, c'est pour aujourd'hui et demain qu'il faut commencer à réfléchir. Je vous propose 5 postulats :

- la santé est une affaire collective .......

- la santé a t'elle des limites?

- La vie a une fin, comment la souhaitons nous?

- le refus de soins ne doit être qu'un choix qui doit être accompagné et non pas l'echec d'un système

- l'aide active à mourir doit être entendue et accompagnée, ce qui n'aboutit pas toujours (loin sans faut) à sa pratique qui naturellement reste exceptionnelle, l'individu ne faisant qu'un avec la vie.

Il faut que j'arrête cette note craignant de vous avoir un peu embrouillé alors que j'ai désiré ouvrir la porte du dialogue. A bientôt peut-être

Merci Drik, ce commentaire est reconfortant.

 

Commentaires

Petit commentaire de quelqu'un qui n'a pas peut de mourir parce qu'il n'est qu'un grain de sable et qu'il essaie de faire tout ce qu'il peut pour ne pas avoir de remords ni de regrets :

On ne veut en général pas mourir et c'est heureux, ce qui me rend malheureux ce sont les personnes qui veulent mourir, à cause des souffrances qu'on leur fait subir, à cause de souffrances physiques ou psychiques qui leur sont personnelles, à cause de la drogue, etc.

Nous savons que la santé aujourd'hui, comme les retraites, coute trop cher. Nous savons pourquoi la santé coute trop cher. Le blog de France est un endroit réfléchi où l'on peut discuter calmement de choses qui enflamment la France.

Je dis oui au droit du choix, celui de mourir comme celui de pouvoir être soigné si le système le permet encore. Mais je dis aussi que 200 000 centenaires dans quelques dizaines d'années ne seraient pas aujourd'hui traités correctement.

La fin de la vie est probablement un souci de chacun d'entre nous qui la prépare ou pas. Commençons par apprendre à regarder la mort et la vieillesse qui est la chose la mieux partagée dans le monde, regardons-nous en France dans notre solitude de tous les jours et apprenons à sourire, regarder, écouter et aider les autres qui sont proches, comme le font tous les peuples qui ne rêvent que d'une chose, venir en France pour manger à leur faim.

Allons-nous continuer à envoyer nos parents finir leurs jours à l'hôpital plutôt que chez nous ? Je vous conseille le film "les petits mouchoirs"

Écrit par : DriK | samedi, 30 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

C'est fait Cedric, je suis allée voir : "LES PETITS MOUCHOIRS"... je me félicite d'avoir manifesté par écrit mon désir que l'on fasse la fête avec la musique et chansons que j'ai préparées pour le jour où l'on me mettra dans la petite case du cimetière. Ce film est d'une terrible réalité.. s'il faut mourir pour compter ses soi disant amis, alors vivons encore un peu sans eux, de toute façon existent ils ? Je crains fort que la vie continue pour eux après leurs larmes de regrets !!!!!!!!!
Et la journée se termine avec le film "2 jours à tuer"...très beau film que j'ai revu avec la même émotion...

Écrit par : France | dimanche, 07 novembre 2010

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas revu 2 jours à tuer mais mes parents eux l'ont revu ! et c'est grâce à toi que nous l'avions vu un soir de mai 2008 peu avant la naissance de ma fille comme il y a longtemps que je t'aime qui nous avait marqué également.

La découverte de Reggiani et le prénom de ma fille (Cloélys vient de Clélis dans "il y a longtemps...") c'est grâce à toi France et je ne l'oublierai JAMAIS !

Écrit par : Drik | mardi, 09 novembre 2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire